Accueil du site > Que font les Etats ? > Le Royaume-Uni > La présidence britannique du G8

La présidence britannique du G8

Publié le 6 mai 2013

Les engagements britanniques sur les questions d’évasion fiscale dans le cadre de la présidence du G8 de 2013 seront-ils suivis d’effet ?

En janvier 2013, David Cameron a annoncé les priorités de l’agenda du G8 2013 : la transparence et la fiscalité y sont centrales.

Le Royaume-Uni met-il la pression aux territoires sous sa dépendance ? Quelques jalons semblent l’indiquer :
- En février 2013, l’île de Man accepte un échange automatique d’information accru.
- En mars 2013, Jersey et Guernesey acceptent un échange automatique d’information accru.
- En mai 2013, les territoires britanniques d’outre-mer acceptent un échange automatique d’information accru et rejoignent celui proposé de manière multilatérale par l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne.

Promotion de la compétition fiscale

En parallèle des annonces sur la lutte contre l’évasion fiscale, le Royaume-Uni continue de promouvoir la compétition fiscale au sein de l’Union européenne. Elle vient par exemple d’annoncer son intention de réduire l’impôt sur les sociétés de 24% à 20 % afin d’avoir le régime "le plus compétitif au sein du G20", au risque de faire tomber la part des recettes de l’impôt sur les sociétés à son niveau le plus bas depuis le milieu des années 1980.

Classement des paradis fiscaux suivant l’index d’opacité financière en 2009
1 Delaware (USA)
2 Luxembourg
3 Suisse
4 Îles Caïmans
5 Grande Bretagne (la City)
6 Irelande
7 Les Bermudes
8 Singapour
9 Belgique
10 Autriche